Récit-fleuve d’une cavale maritime

Devant une assistance clairsemée, la Compagnie des Vilains bonshommes interprétait samedi, au théâtre Monsabré, « Le matricule 41-143 s’est évadé », adaptation signée Yannick Landry du livre du journaliste Albert Londres « L’homme qui s’évada ».
Les deux comédiens professionnels, Thierry Sureau dans le rôle du bagnard évadé Eugène Dieudonné et Noël Lafon, qui incarne le journaliste, restituent avec brio la densité du texte et les enchaînements inattendus des circonstances du récit. Un spectacle, situé dans un bar de Rio de Janeiro, qui relate l’histoire de l’évasion d’un bagnard de Cayenne, condamné « parce qu’il fallait un coupable à la Justice » et qui s’achève sur un vibrant espoir de liberté, sous les applaudissements du public.
Constitué il y a trois ans, le trio a joué la pièce une dizaine de fois en France et en Guyane.
Contact : tél. 06.70.35.86.97 ; yannicklandry973@hotmail.fr