Monsabré dans ses rêves

Arthur Le Forestier et Bruno Guglielmi, Rhoda Scott et son orgue céleste, le quatuor Arabesques qui joue Dvorak, Monsabré est à Blois le théâtre des rêves.

Monsabré, c’est un condensé du Met, de la Scala, du Royal Albert Hall, de l’Opéra ! Avec un soupçon de bar à Pompon et le bal du Moine Bourru ! Enfin, peu s’en faut. Depuis plusieurs années il propose chaque semaine des brouettes de spectacles musicaux, théâtraux, « stand-huppés », et même hypnotiques.
Vendredi, ceux qui adorent la chanson dans le genre poète à moustache et clins d’œil aux anciens vont se régaler avec les frais minois d’Arthur Le Forestier et son bon buveur de pote Bruno Guglielmi. Appuyés sur leurs guitares dont ils savent parfaitement se servir, ils trinquent de bonne grâce à un cocktail bien secoué d’émotion, de mélodie et d’humour (voire de rires !).
Digne fils de Maxime Le Forestier, Arthur, un brin mystérieux, promet d’inviter de bonnes surprises au concert en assurant « qu’il sera à Monsabré comme chez lui, avec tout ce que ça comprend ! » Comprend, comprend, comprend qui pourra !
Vendredi 19 janvier à 20 h 45, de 10 € à 14 €.

Légende

Samedi, attention, légende ! Croisement entre Mankiewicz et Count Basie qui l’a découverte, voici une Comtesse aux pieds nus, Rhoda Scott. Née en 1938 dans le New Jersey, on raconte qu’enfant, jouant sur l’orgue du presbytère où son père était pasteur, elle se mettait pieds nus pour ne pas abîmer le bois du pédalier. Une habitude qui lui est restée, lui valant son surnom de « Barefoot lady », la Dame aux pieds nus.
Cette particularité – parallèlement à l’extrême musicalité qui la fait vibrer – l’a fait apprécier du public français qui a repéré son jeu de basses velouté se greffant sur les envolées du clavier proprement dit ! Rhoda Scott célèbre avec foi et dynamisme ses 80 printemps cette année, avec ce qu’elle appelle sa « Tournée de l’anniversaire joyeux » ! Elle sera entourée d’un brillant « Lady All Star » composé de Sophie Alour (ténor), Lisa Cat-Berro (alto), Julie Saury (drums), et en« spécial guests »: Géraldine Laurent (ténor) et Anne Pacéo (drums). Plus le prix Django Reinhardt 2015, la trompettiste vedette Airelle Besson !
Tarifs Carré Or : 40 €, 34 € et 37 € pour la salle. Samedi 20 janvier à 20 h 45.

Arabesques

On n’en a pas encore fini avec la belle musique puisque, en guise de friandise dominicale, nous aurons Arabesques, le quatuor à cordes formé par Sylvie Dupont et Anne Clarey (violons), Luc Balestro (alto), et Vincent Daguet au violoncelle. Ils annoncent « Musiques de Bohème et de Russie », avec trois œuvres exceptionnelles : le quatuor L’Empereur de Joseph Haydn, dont tout le monde, peut-être sans même le savoir, connaît le deuxième mouvement.
Puis le Nocturne du second quatuor d’Alexander Borodine, une belle rencontre. Et que dire du quatuor Américain d’Antonin Dvorak. Avec des passages rappelant avec bonheur sa Symphonie du Nouveau Monde. Si beaux que les Américains en auraient bien piqué quelques notes pour leur propre hymne national !
Dimanche 21 janvier à 15 h 30, de 8 € à 12 €. Réservations : 06.95.20.86.25.