La grande comédienne rend hommage à Victor Hugo, Sellig fait rire, et Frédéric Zermati chante Charles Aznavour… Au théâtre Monsabré de Blois.

Qu’elle était touchante la jolie petite fille des Jeux interdits de René Clément (1952). Devenue femme, le charme se confirme, l’intelligence en plus.

Suite de l’article de la Nouvelle République ICI