De grands moments pour des Pommes !

Nous avons une section rythmique extraordinaire, s’enflamme Laurent Zeller, fulgurant violoniste des Pommes de ma douche. « A la contrebasse, le châtelain de Mont-près-Chambord, Laurent de Laveau. A la guitare rythmique, le très réputé cubain Éric Eichwald ! » On se demande si Laurent n’avait pas ce samedi au théâtre Monsabré un sérieux coup dans le nez. Mais non, il adore plaisanter. Mais parlant dans sa barbe, ses propos restent souvent mystérieux ! « Nous avons enregistré bien des musiciens, tous morts ! On devrait s’appeler les Pommes funèbres ! Et bien voilà un chanteur pop, mort récemment. »

Et le groupe s’arrache sur Fais-moi mal, Johnny Johnny ! Au passage, mort récemment : Boris Vian casse sa pipe en 1959 ! Enfin…
Les Pommes, funèbres ou non, atteignent des sommets musicaux. enchanteurs, délivrant l’âme de magnifiques chansons françaises. Par exemple, David Rivière s’envole de manière angélique avec son accordina sur Dis, quand reviendras-tu de Barbara. Dominique Rouquier, à la guitare, met du Django dans les Brassens au parfum d’Henri Crolla et Joël Favreau. Un merveilleux concert, avec une « nouveauté » : la danse hongroise n° 5 de Brahms !