Cartouche, théâtre et crooner swing

Le théâtre Monsabré commence vendredi 16 février à 20 h 45 sous le signe du comique avec Cartouche et son nouveau spectacle « Demain, je me lève de Bonheur ! » « Arrêtez… ne faites pas semblant d’être heureux. On ne va pas se mentir… Je sais que vous êtes malheureux. On ne prend pas un Doliprane si on n’a pas mal à la tête. On ne trompe pas sa femme parce que ça ne va plus ! Non… on la trompe parce qu’elle n’est pas là ! » philosophe Cartouche. « Donc toi tu t’es dit : ce soir je m’en fous, je vais voir Cartouche, et je vais trouver le bonheur ! » S’il le dit… « C’est ça que tu t’es dit hein ? Et ben tu sais quoi toi t’as peut-être raison… On se voit après le spectacle ? »
Tarifs : de 14 € à 18 €.
Samedi 17 février à 20 h 45, place à Matthieu Boré, un vrai crooner, quelque chose entre Harry Connick Jr et Jamie Cullum ! Doté d’une voix sensuelle, ce jazzman français séduit un peu plus à chaque album. Une sacrée voix… Claire et douce, elle swingue et se pose avec brio sur des reprises de standards du jazz, soignées et inventives. Né le 29 juin 1971 à Paris, le pianiste chanteur aborde le rock et le trip-hop avant de trouver son style. En effet, il publie son premier album sur le label Night & Day. Fats Domino’s True Spirit, consacré aux classiques du pianiste louisianais. Deux ans plus tard Doo-Wop(Djaz Records) revisite les standards des groupes vocaux américains des années cinquante. 
Sometimes On My Own (2007) dévoile une autre facette, plus jazzy et intimiste. En 2009, FriZZante !(Bonsai Music) capte l’attention. L’album est enregistré en Italie avec le concours de Ferrucio Spinetti (Musica Nuda), Francesco Petreni et le GnuQuartet. 
En 2012 sort Roots, cocktail de funk néo-orléanais. Naked Songs (2015), est produit par Leo Sidran. Sur scène, on croise les grands auteurs comme Irving Berlin, Cole Porter, Randy Newman, Johnny Cash… Cela promet de drôles de rencontres : comme le super-swinguant Puttin’on the Ritz jouxtant I wanna be your man. Oui, le premier titre personnel des Stones, que leur ont offert leurs amis les Beatles !
Tarifs : de 16 € à 20 €.
Dimanche 18 février à 15 h 30, on passe à la comédie avec « Le panier de crabes », écrit par Yoan Brillard, de la troupe de Landes-le-Gaulois. « Le directeur l’annonce officiellement, c’est aujourd’hui que va se décider qui des trois employées sera la bénéficiaire de la traditionnelle prime annuelle d’efficacité de la société. Malheureusement les ouvriers sont en grève et décident d’assiéger le bâtiment administratif. Les employés vont alors livrer bataille entre survie et quête de reconnaissance. » Tarifs de 8 € à 12 €.
Réservations : 06.95.20.86.25.