Brel, humour et Duonysos

Le théâtre Monsabré de Blois accueille Pierre Douglas, chansonnier vedette, puis Olivier Laurent, époustouflant en Brel, et l’enthousiasmant Duonysos.

Pierre Douglas a bien surpris son monde. Débutant le journalisme à France 3 Limoges dans les années soixante, il enchaîne avec Europe 1, RTL, jusqu’au service politique de TF1. Qu’il quitte en 1977 pour faire le gugusse avec Thierry Le Luron, alias Giscard ou Raymond Barre !
Douglas, lui, joue Georges Marchais et c’est un « Skeindââl » !

Par dessus le Marchais !
Ca lui réussit plutôt bien : Pierre Douglas vient de fêter ses 40 ans de scène ! Le one-man-show Saltimbanque, que présente vendredi le chansonnier, comédien pour le théâtre, la télé et le cinéma, est une traversée de ces 40 années sous forme de sketches, chansons parodiques et imitations pertinentes.

Les chansons et la geste de Brel

Le lendemain, on passe à une sorte de « réincarneur » de génie avec Olivier Laurent qui pousse les chansons de Jacques Brel sur la scène comme si sa vie en dépendait.
Le plat pays, Jeff, Ne me quitte pas, Au suivant, Les Bombons, Ces gens-là, Amsterdam ! Et allez donc ! Paris, Montréal, Stockholm, Beyrouth, Blois et prochainement à Londres, le public passe du rire et aux larmes.

Né à Gand, Olivier Laurent a été bercé par Brel et Brassens. Il aura suffi d’une rencontre avec Yves Montand à Saint-Paul-de-Vence pour que le déclic s’opère. Après sept années de réflexion, il proposait son premier spectacle ! Voix, rage, mimiques, attitudes, ironie, c’est toute la geste de Brel qui revit aux côtés d’un piano et d’un accordéon jouant avec brio les grands orchestres.

Ce sera encore dimanche la fête de la musique avec Stéphane Nogrette et Mélinda Bressan, « les meilleurs amis du monde » au répertoire si voluptueusement éclectique. Un voyage dans le temps, du médiéval à nos jours. Un petit film dynamique et convainquant les montre en train de jouer dans les jardins de l’Évêché à Blois, au pied de la cathédrale Saint-Louis…
Ils offrent un voyage dans les musiques du monde, la chanson française, les musiques traditionnelles d’Europe et d’ailleurs. On passe allégrement de Katherine O’More, de l’Irlandais du XVIIe siècle Turlough O’Carolan, à Lady Gaga Fugue du très contemporain Giovanni Dettori, au non moins contemporain

Stéphane Nogrette et son Étincelle ! Bien beau…
Duonysos réunit l’orchestrale guitare de Stéphane Nogrette et « la flûte enchantée » de Mélinda Bressan, tous deux professeurs au conservatoire de Blois. « Tout en restant très exigeants sur l’interprétation, nous avons voulu dépoussiérer quelque peu le répertoire du genre », assure Stéphane. C’est réussi !

Pierre Douglas, vendredi 9 novembre à 20 h 45. Tarifs : carré or, 28 € ; salle, 25 € ; pass, 22 €.
Olivier Laurent, samedi 10 novembre à 20 h 45. Tarifs : carré or, 32 € ; salle, 28 € ; pass, 25 €.
Duonysos dimanche 11 novembre à 15 h et 17 h 30. Tarif : 14 € (réduit, 12 €; pass, 10 €).
Réservations : 06.95.20.86.25.

VILDART

Alain VILDART

Journaliste, rédaction de Blois