Bats, Reggiani et Lusigando

Trois spectacles au théâtre Monsabré, avec en pic “ Hors cadre ”, le show décapant de Guillaume Bats, un humoriste pas tout à fait comme les autres !

Fort de son physique déroutant, Guillaume Bats entre en scène : « Vous vous demandez si c’est contagieux ? » Rires… « La réponse est oui ! » Le public exulte, aventurier ! Tel Dom Juan se révélant à ses ennemis, Guillaume Bats ne cherche pas à cacher un physique « hors normes ». Faisant peut-être contre mauvaise fortune bon cœur, il l’exploite jusqu’à ce que la salle exulte, libérée de toute attitude compassée. Est-ce qu’il penche à droite par conviction politique ? Est-ce qu’il s’appelle « Bats » parce qu’on le confond avec une chauve-souris ? À fond dans l’autodérision !
Mine de rien, le public risque de revoir à la baisse ses idées reçues sur le handicap, voire de « découvrir quelques techniques pour choper des nanas en leur faisant pitié ! » Dans la « vraie » vie, Guillaume Batreau – dit Guillaume Bats – naît le 14 avril 1987 à Reims. Il a comme « particularité » d’être atteint de la maladie des os de verre. Il commence le théâtre à 11 ans. Pendant une dizaine d’années, il joue des spectacles à la MJC de Montmirail notamment, où il apprend les bases du métier. C’est là qu’il découvre son registre préféré, l’humour ! Il obtient son bac littéraire en 2007 et « monte à Paris ». Il y élabore ses premiers sketchs, la première version d’un spectacle qui existera plus tard : « Tous tordus » ! 
Plusieurs grands noms lui confient leurs premières parties : Eric Antoine, Anthony Kavanagh, Jean-Marie Bigard, Jérémy Ferrari, Michael Gregorio… Guillaume a joué son spectacle à guichet fermé au Festival Off d’Avignon pour la deuxième année consécutive. Touchant, irrévérencieux, explosif, il repousse les limites de l’humour, et les vôtres !
Samedi 3 février à 20 h 45. Tarifs : carré or : 28 €, salle 25 €, Pass Monsabré 22 €.
La veille, on aura goûté avec Jean-Marc Desbois un bel hommage à Serge Reggiani. Parfaitement à l’aise sur scène et dans la clarté de sa voix, Jean-Marc, pas fou, bénéficie du jeu créatif et orchestral du pianiste Jacky Delance, le contrebassiste Laurent Delaveau parachevant cette excellence musicale.
« Merci Monsieur Reggiani » a fait le tour de l’Hexagone, Michel Drucker, entre autres, lui offrant une belle place dans ses émissions. « J’ai une véritable passion pour la chanson. Mais lorsque j’en interprète une de Serge Reggiani, je ressens un immense respect de la part du public. Quand au hasard des regards j’aperçois une personne les yeux rougis par l’émotion, je me dis que l’artiste est toujours présent parmi nous et pour longtemps. »
Vendredi 2 février à 20 h 45, de 14 € à 18 €.
On saute à dimanche avec le duo Lusigando présentant ses « Heures romantiques ». Bernadette Burgos tient le piano : titulaire de trois diplômes d’État, après des études musicales partant de Calais, passant par Tours pour fleurir à Paris, elle enseigne la musique à Châteaudun. Mais promène en France un répertoire avec des formations très éclectiques. Tout comme le violoncelliste Vincent Daguet, professeur au conservatoire de Blois, qui se produit avec succès avec nombre d’ensembles, dont l’orchestre philharmonique de Radio France. Lusigando va régaler son public de sonates de Schubert, Chopin, Schumann, Listz, et bien d’autres…
Dimanche 4 février à 15 h 30. Tarifs de 8 € à 12 €.
Réservations : 06.95.20.86.25